Notre retour d’expédition

Il est difficile d’exprimer en mots une expérience comme celle-ci. En effet, dès les premiers instants, la péninsule d’Osa nous a ébahis. Cela fait seulement quelques jours que nous sommes de retour et nous avons qu’une idée en tête : celle d’y retourner ! Même alors que nous pensions être saturés de nourriture costaricaine, nous commençons à avoir des envies de bananes plantains et de riz !

Avant de partir, nous avions peine à croire qu’une semaine était suffisante pour changer notre vie, mais le voyage s’est avéré révélateur pour notre croissance personnelle, beaucoup plus que ce que nous aurions pu imaginer. Ce voyage nous a transformés : nous avons appris à travailler en équipe, à communiquer fluidement en anglais, à connaitre les pollinisateurs (les espèces, leurs fonctions, etc.) et surtout, nous en avons beaucoup appris sur nous-mêmes.

Josianne croyait qu’en arrivant au Costa Rica, elle se retrouverait complètement dépaysée, sans repères, stressée et qu’elle tenterait de retrouver sa routine. Mais ces appréhensions se sont avérées être fausses. « J’ai mis les pieds dans un dans un coin de pays chaleureux et époustouflant de beauté naturelle qui m’amena plutôt à entrer dans un état de béatitude. Un panneau à la réception de Finca Köbö que je pus lire à ce moment-là, résume bien ce que je ressentais : “le paradis est un sentiment et non un endroit”. »

Cédric raconte que dès son arrivée, il est tombé en amour avec la diversité de la flore. « Lorsque j’ai vu mon premier coati, mon premier toucan, ma première mante religieuse, cet amour s’est fixé en moi comme lorsque j’étais petit et que j’apprenais à propos de la biologie. En si peu de temps, j’ai rencontré tant de scientifiques inspirants et passionnés ! Travaillant tous dans un but commun : soit à la conservation de ce qui fait l’unicité de notre planète. Je me suis réellement senti à ma place là-bas. »

À part le travail sur les pollinisateurs, nous avons aussi eu le temps d’aider sur quelques autres projets. Cédric et Mélodie ont eu la chance d’aider à récolter et enterrer des œufs de tortues de mer à 5 h du matin à la plage, une tâche directement liée à la survie de l’espèce. Cédric confie : « lorsque j’ai vu le bébé tortue lentement ramper vers la mer, j’ai ressentis que ce je venais de faire avait un réel sens et j’ai compris que je devais me diriger vers ce domaine dans mes études. En effet, même lorsque nous étions surpris dans la forêt par la pluie tropicale, je n’ai pas ressenti l’envie de retourner au camp, je voulais vraiment finir mon travail avant de partir, même s’il a duré 2 heures de plus que prévue. C’est ce genre d’expérience que j’ai envie de revivre, pas comme des vacances, mais réellement comme travail. »

Pour Mélodie, c’est aussi un moment charnière de son expédition. L’intervention sur la plage l’a fortement marquée. La récolte liée aux pollinisateurs a aussi été un moment fort pour elle : « j’ai vraiment aimé le moment où Josianne et moi avons attrapé une vingtaine de papillons et d’insectes en seulement 30 minutes. C’était un record !! Je vais toujours me souvenir de cette incroyable, formidable et magnifique expérience. »

Pour Josianne, le moment qu’elle a préféré de son voyage est celui où elle a eu le temps de relaxer dans le hamac et d’observer avec attention les singes se promener d’arbre en arbre. « Je me sentais tellement bien que j’avais le goût que ce moment dure éternellement. Cette nature authentique, intouchée, complètement sauvage m’a fait prendre conscience de l’importance des méthodes de conservation de la biodiversité. Nous devrions impérativement nous accrocher à l’importance de cette nature et la protéger au lieu d’essayer de la “posséder” et de la transformer en profit. »

Le principal défi du voyage pour notre équipe a indéniablement été la chaleur. En tant que Baie-Comois, la chaleur tropicale n’est pas quelque chose qui nous est commun. Travailler lorsque le soleil était très fort était une grande épreuve d’endurance ! Nous en avons sué ! Dans ces instants, la brise fraîche de Baie-Comeau nous manquait !

Nous souhaitons sincèrement remercier le Fonds Aluminerie de Baie-Comeau pour les collectivités durables de nous avoir permis de faire ce voyage. C’était la première fois que nous vivions une expérience de ce genre et nous n’aurions certainement pas pu la vivre sans leur initiative !

Merci encore !

 

Cédric, Josianne et Mélodie

 

 

 

Publicités

Jour 6 : Une dernière journée complète qui frise la perfection!

4 h 30 : Cédric et moi quittons la station avec une jeune Allemande pour nous rendre à la plage et voir les tortues. Sur place, nous avons eu droit à une incroyable vue! Il y avait de géantes vagues, plusieurs crabes qui marchaient sur la plage et il avait finalement plusieurs traces de pas de tortue ! Ces traces nous ont amenés à creuser dans le sable pour trouver des œufs. En tout, nous avons trouvé 3 nids de tortues ! C’était tellement intéressant et impressionnant! Nous avons déterré les œufs pour ensuite les enterrer dans un endroit plus sécuritaire pour l’éclosion puisque seulement 2 % des œufs survivent ! Après complété la manœuvre, nous avons eu la chance de voir un bébé tortue. Elle était tellement « cute » !! 

Ça commençait bien une dernière belle journée complète! 

7 h 30 : Nous sommes retournés à la station rejoindre Josianne et prendre le petit-déjeuner. Nous avons mangé du riz et des bines. Ensuite, nous avons travaillé super fort toute la journée jusqu’à 14 h. Encore, nous avons attrapé plusieurs insectes. Pour diner, nous avons mangé du poulet frit et de la salade. Après notre dernier moment sur le terrain, Chealsy nous a amené à son endroit préféré que nous appelons « the rocks ». C’est une plage qui est bordée de grosses roches et de crabes ! C’était magnifique. 
Après, nous sommes retournés à nos chambres pour préparer nos bagages et nous reposer avant l’heure du souper. Vers 18 h, nous sommes allés prendre le dernier souper tous ensemble. Au menu : des pâtes. Josianne et moi en avons profité pour jouer avec le jeune garçon du couple de scientifiques. Nous avons passé un super beau dernier moment tous ensemble ! Malheureusement, toute bonne chose a une fin et nous avons dû aller nous coucher, mais avec la tête pleine de beaux souvenirs!
– Mélodie

Jour 5 : À la découverte d’Osa

Ce matin était notre premier à la station d’Osa, bien que les lits sont bruyants, nous avons dormi tellement profondément, nous étions vraiment épuisés! Ici, nous sommes encore plus loin dans la forêt, on entend des cris de singes hurleurs en permanence, mais cela ne fait qu’ajouter à l’ambiance tropicale et à l’envie de découvrir et d’étudier cette nature. Il y a aussi beaucoup d’autres chercheurs, donc on ne se sent pas trop isolés non plus. La réserve d’Osa semble attirer beaucoup d’étudiants universitaires, ce qui donne lieu à des conversations intéressantes. On en a appris pas mal sur les études qui se déroulent là-bas, nous allons même aider une étudiante à trouver des nids de tortues de mer demain matin!

Pendant la journée, même si nous travaillons seulement que dans la première partie, nous réussissons à  nous épuiser puisque le travail reste très demandant avec la chaleur de l’équateur. En plus, la pluie tropicale arrive souvent en après-midi, ce qui fait fuir les abeilles et les papillons. Nous profitons de ce temps pour essayer les sentiers pédestres de la station, il sont remplis de singes-araignées et de singes hurleurs! Nous avons passé la soirée à faire des sudokus et à jouer aux cartes, nous nous amusons bien avec le reste de l’équipe! Finalement, en se couchant de nouveau dans les lits bruyants et en repensant à notre journée, l’idée que ce voyage se termine dans quelques jours nous attriste. D’ici là, nous tâcherons d’en profiter au max!
– Cédric
20180705_1647191.jpg

Jour 4 : De Finka Köbö à Puerto Jeminez

Nous nous réveillons tôt ce matin pour préparer nos bagages et rejoignons le groupe à 7 h à la réception pour manger notre dernier déjeuner à Finca Köbö. Par la suite, nous avons fait la route jusqu’à Puerto Jeminez pour effectuer 3 observations. Après ce travail qui nous a beaucoup fait suer (au sens propre : il faisait très TRÈS chaud), nous nous sommes arrêtés à une plage pour manger des sandwichs au beurre de peanut. La plage était magnifique, l’eau était très chaude et Mélodie et Cédric se sont baignés tandis que je profitais de l’ombre des arbres.

Plus tard dans la journée, nous nous sommes arrêtés à un marché. Nous en avons profité pour acheter les petits essentiels qui manquaient et de la nourriture. C’est vraiment impressionnant, dépaysant et intéressant de se promener à travers les allées sans comprendre un seul mot de ce qui est marqué sur les produits! 

Nous avons ensuite assisté à une présentation d’une employée de Earthwatch et nous avons pris conscience qu’ils prennent tous les moyens à dispositions pour favoriser la conservation et diminuer la pollution.  

Nous sentons que l’ambiance est différente qu’à Finca Köbö, les sons des animaux ne sont plus les mêmes et la température semble moins humide. Nous restons dans des petits lodges avec des lits superposés qui ont chacun leur moustiquaire (une chance puisque les murs ne sont pas complets). Nous nous lavons dans des douches ouvertes et où nous lavons notre linge aussi. Tout est si relaxant, nos inquiétudes sont loin, l’ambiance est calme et joyeuse et nous avons hâte de voir comment nous allons dormir dans ces nouveaux lits et ce que nos prochaines journées à Puerto Jeminez nous réservent!
– Josianne
20180706_125054

Jour 3 : Immersion tropicale, chaleur et grosses bibittes

Ce sont les coqs qui nous ont réveillés ce matin, bien avant le cadran! Cela nous a permis d’arriver en avance au petit-déjeuner et de discuter plus longuement avec nos nouveaux amis. Au menu ce matin : œuf, bines et riz. Nous avons trouvé très bizarre de manger du riz le matin, mais c’était super bon! Par la suite, nous avons préparé notre sac pour la journée et sommes partis en voiture dans un petit village. En équipe, nous avons attrapé des abeilles, des papillons, des mouches et plusieurs autres insectes sur certains types de fleurs. Ces échantillons permettront aux scientifiques de réaliser leurs recherches sur l’impact des changements climatiques sur cet habitat qui repose sur un équilibre précaire. 

Aujourd’hui, il faisait très TRÈS chaud. C’était à la limite du supportable. Il a même fallu retourner au Finca Köbönca Köbö afin de remplir nos bouteilles d’eau et se rafraichir. Pour diner, nous avons mangé des patates, du poulet et de la salade. C’était DÉ-LI-CIEUX!! Le meilleur repas que j’ai mangé depuis notre arrivée au Costa Rica! Nous avons enfin eu du temps pour relaxer un peu. OUF! La chaleur nous épuise vraiment beaucoup.

En après-midi, nous étions censés retourner sur le terrain attraper des insectes, mais Chealsy, une des assistantes, a constaté que nous étions trop épuisés. Nos accompagnateurs nous ont donc suggéré de prendre une douche et de se reposer plutôt que de retourner sur le terrain. Cela nous a permis de passer du temps entre nous. Nous prenons des marches, écoutons de la musique couchés dans des hamacs, jouons à des jeux et avons des grandes discussions sur la vie. C’est tellement intéressant ces moments de partage!

Nous avons eu la chance d’apercevoir une famille de singe et un très gros lézard aujourd’hui! Depuis le début de notre aventure, nous en avons vu plusieurs et nous sommes impressionnés chaque fois! Nous avons aussi vu plusieurs immenses insectes. C’est très surprenant, et assez épeurant… J’ai même trouvé une araignée géante sur la vitre de ma chambre! Ark! Haha! Notre journée s’est terminée calmement, ou presque. Pour le souper, du poisson et des patates étaient au menu. S’en est suivi un film sur les insectes pollinisateurs et la journée s’est terminée par un scorpion sur la porte de notre chambre!

La porte de notre chambre se ferme, laissant les bibittes dehors et s’éteindre une belle journée entre amis. Un dodo bien mérité pour l’équipe.

– Mélodie
IMG_0305 - copie

Échantillon de papillon

Jour 2 : Une première journée de travail bien remplie!

Aujourd’hui était notre première journée de travail, nous sommes tous épuisés, mais optimistes pour la suite.  Nous avons appris comment effectuer la collecte des pollinateurs et avons passé l’avant-midi à remplir nos pots Masson avec des abeilles. Il fait beaucoup plus chaud ici qu’à Baie-Comeau, mais on apprécie cette température et la quantité de vie qui vient avec.

Malgré le travail exigeant, le stress est inexistant, nos plus grandes préoccupations sont de compter les fleurs et de s’assurer que les insectes ne sortent pas du filet, on se sent vraiment comme dans un monde parallèle.

La nourriture diffère beaucoup, on pensait qu’il y aurait toujours des haricots et du riz, mais les hôtes savent comment varier les mets et utiliser les ingrédients traditionnels sans être redondants. Bien que certains dans l’équipe ne sont pas habitués au végétarisme, c’est facile de s’adapter et d’ouvrir nos horizons.

En après-midi, nous avons fait le tour d’une ferme à cacao. La communication avec le guide était plutôt difficile, mais nous avons tout de même réussi à en apprendre beaucoup sur la flore costaricaine et avons eu la chance de se gaver de chocolat pur!  

À la fin de la journée, nous sommes tous satisfaits et avons très hâte de voir ce que le reste du voyage nous réserve.

–  Cédric

20180703_145510

Cédric qui vous salue!

 

Jour 1 : Une journée d’émerveillement tropical au Costa Rica

Je crois que la première journée, nous pouvons la décrire en quatre mots : « À couper le souffle! » Nous avons eu la chance d’observer un paysage exotique de toute beauté et d’être immergés dans un bain de chaleur tropicale. Nous demeurons actuellement à Finca Köbö. Nous restons dans des petits chalets avec lits simples, douche à eau froide et hamacs, entourés d’une grande diversité de plantes.
Je crois que l’élément qui nous a le plus étonnés est la trame sonore Costa Ricaine. Nous entendons plein de cris d’animaux dont nous ne savons même pas le nom et nous avons assisté à un spectacle de tonnerre et de pluie intense le soir de notre arrivée. En regardant tout autour les magnifiques paysages, nos yeux s’illuminent.
Nous sommes arrivés à la péninsule d’Osa dans un avion minuscule et un chien était sur la piste. Par chance il est encore en vie, et nous aussi! À partir de ce moment, nous avons découvert pleins d’autres chiens avec des noms espagnols plus mignons les uns que les autres comme Osa, Lucho, Sami et plusieurs autres!
Nous avons fait une sieste durant la journée en attendant Tom! Tom, c’est le seul jeune candidat qui manquait dans notre équipe sans compter les deux scientifiques principaux : Valérie et Bryan.
Nous avons fait du Yoga et visité un peu les environs avec Tera. Finalement, nous avons dormi comme des chenilles dans leur cocon sans réaliser que le lendemain, ses cocons se métamorphoseront en papillon.
– Josianne
20180701_085051

Josianne et la nature luxuriante de Finca Köbönca Köbö