Retour d’expédition

Nous sommes de retour à Montréal depuis hier soir. Nous avons peine à croire que ce voyage est déjà terminé. C’était une expérience inoubliable, elle marquera sans aucun doute le reste de notre vie.

Lors de celle-ci, nous avons pu comprendre ce qu’était le rôle d’un scientifique. Les chercheurs ont bien pris le temps de nous expliquer à quel point nos tâches avaient un rôle primordial pour leurs recherches.

Nous venons tout juste de partir et nous nous ennuyons déjà de l’ambiance et de l’excitation qui nous animaient là-bas. Il est indéniable que nous répéterions cette expérience sans hésitations si l’occasion se présentait à nouveau. Nous avons eu beaucoup de chance puisque notre groupe était très complet. Tout le monde apportait sa propre couleur. Nous avons fait plusieurs nouvelles rencontres et nous nous sommes faits de nouveaux amis. Tout le monde va nous manquer, sans exception.

Il y a beaucoup d’événements qui ont été marquants pour nous lors de l’expédition.

Pour Marilou, le moment le plus marquant a été l’un des derniers soupers où nous avons tous ri à s’en époumoner. Nous parlions un peu de tout avec les autres jeunes : l’expédition, nos histoires personnelles, les anecdotes du voyage, etc. Ce moment était un bon exemple de la complicité qui s’est installée dans le groupe.

Pour David, le moment le plus marquant a été la journée suite à la journée de repos. Lors de celle-ci, nous avons monté une montagne de quelques centaines de mètres. La vue de ce point était magnifique. Nous avions tous la sensation d’avoir accompli quelque chose qu’on aurait pu croire impossible vu d’en bas. Nous sommes tous très fiers d’avoir réussi une si grande épreuve.

Pour Emmanuelle, il y a eu deux moments marquants. L’un a été lors de la première journée, au moment où nous avons attrapé notre premier oiseau. Cette première capture a été inoubliable puisque l’on pouvait vraiment voir la passion qu’elle nous partageait dans ses explications. L’autre moment qui a marqué Emmanuelle est la pause du diner à la suite de la montée la plus abrupte de la semaine. Durant celle-ci, plusieurs d’entre nous sont allés dans un lac pour se rafraîchir puisqu’il faisait très chaud. La vue était incroyablement magnifique. C’était aussi un moment de forte satisfaction liée à la réalisation de cette journée. Nous savions que le pire était derrière nous et nous étions fiers d’avoir réussi cette ascension difficile.

Finalement, nous en avons beaucoup appris sur la biologie durant notre voyage et nous avons découvert l’importance que chaque élément de la nature a. Chacun d’entre eux ont un rôle capital dans leur écosystème.

Publicités

Jour 8

Aujourd’hui, c’était notre dernière journée. Nous avons l’impression que cette semaine n’a duré que quelques jours même si nos jambes ont l’impression que ça fait des mois. Nous nous sommes donc levés à la même heure que d’habitude avant d’aller déjeuner.

Nous sommes d’abord allés regarder les trappes des petits mammifères et nous avons monté le filet pour la capture des oiseaux. Nous avons capturé environ 5 rats musqués sur le même site que la veille. Pendant ce temps, les autres étaient en train de mesurer, peser et mettre les bagues sur les oiseaux capturés. Nous en avons capturé puis relâché 3 aujourd’hui.

Nous nous sommes ensuite rendus sur un autre site en voiture pour commencer nos tâches (site numéro 12). Pour nous y rendre, nous avons fait une randonnée d’environ 1h15. À la suite de cette marche très épuisante, nous avons commencé à remplacer les piles des caméras, à regarder les nids d’oiseau, à capturer des insectes, etc. Il faisait extrêmement chaud et humide.

Avant l’heure du dîner, une chercheuse, Jana, a monté le filet à oiseau sur le site où nous étions. Nous avons donc dîné une fois notre travail terminé. Ensuite, nous en avons profité pour nous reposer un peu.

Après le dîner, le groupe s’est divisé en deux. Certains se sont rendus au lac pour se baigner alors que d’autres sont restés sur place pour voir si des oiseaux allaient se faire capturer. Nous n’avons pas eu de chance cet après-midi, car nous n’avons capturé aucun oiseau. Alors, en attendant que les autres reviennent du lac, nous nous sommes amusés avec des cocottes. Finalement, nous avons repassé par le chemin de ce matin pour nous rendre à la voiture, puis à l’hôtel.

Morales :

-Ne jamais laisser une clé de chambre à Marilou (oui oui, elle l’a oublié dans la chambre).

-Un rat peut mordre, même au travers d’un sac.

-Ne jamais répéter des phrases dans une langue inconnue.

Jour 7

Ce matin, tout le monde s’est levé à temps! Les chercheurs nous ont annoncé qu’aujourd’hui était d’ailleurs l’une des meilleures journées depuis les 4 dernières années.

Il se trouve que nous avons capturé 8 rats musqués ce matin. En plus, deux d’entre eux étaient des recaptures. Ensuite, nous avons installé les filets pour capturer les oiseaux. Nous en avons attrapé 12! C’était exceptionnel.

Par la suite, nous avons marché dans une vallée pendant 1h30 pour nous rendre sur le site numéro 3. Nous avons aimé cette randonnée malgré la chaleur intense. Les paysages étaient magnifiques et la montée n’était pas trop abrupte.

Rendus sur place, nous avons commencé à effectuer les tâches habituelles : les caméras, les cabanes d’oiseaux, les poches de thé et la dendrométrie. Nous avons aussi essayé d’attraper des oiseaux avec les filets installés sur ce site, mais nous n’avons pas réussi puisqu’il y avait trop de vent.

Durant l’heure du diner, nous avons mangé tous ensemble et nous avons aussi profité de cette pause pour faire une sieste.

Après le diner, nous avons terminé nos tâches habituelles, puis avons commencé à descendre la montagne. La descente était sans difficulté et Emmanuelle en a profité pour apprendre à mieux connaître Jana. Pendant ce temps, Marilou faisait de même avec Blanca, une autre facilitatrice.

Une fois arrivés à nos voitures, nous nous sommes rendus à l’hôtel et, tous les trois, nous sommes allés au spa de l’hôtel.

À 18h45, Jana et Guillem, deux chercheurs de l’équipe, nous ont chacun fait une présentation sur un projet qu’ils menaient. C’était très intéressant et ça nous a permis de mieux comprendre ce qu’ils faisaient en dehors des expéditions.

Finalement, nous commençons à réaliser que le départ approche. Nous avons l’impression que cette expérience n’a duré que quelques jours. Nous sommes très reconnaissants de la chance que nous avons.

Jour 6

Jour 6

Aujourd’hui, ce fut une journée très difficile physiquement. Pour commencer la journée en beauté, David et la personne qui partage sa chambre ne se sont pas réveillés à temps. Ceux-ci n’ont pas entendu le cadran sonner. Ils se sont donc réveillés à 7:20 alors que le départ était prévu pour 7:30. Ils ont quand même réussi à arriver au bon moment sans retarder le groupe. 

La première chose que nous avons faite était la vérification des trappes pour les petits mammifères qui ont été posées il y a deux jours. Ce fut une bonne journée, car nous avons pu observer trois petits rats qui avaient l’air de porter un masque. Nous les avons donc pesés, puis nous avons déterminé leur sexe et nous leur avons mis une bague à l’oreille pour savoir, lorsqu’ils se feront capturer à nouveau, si les rats sont restés dans la même région depuis un certain moment. Nous avons eu la chance d’avoir deux recaptures aujourd’hui, ce qui est plutôt rare.

Ensuite, nous sommes allés au pied d’une montagne. Nous avons attendu un peu le temps que les scientifiques aillent porter une des deux voitures de l’autre côté de la montagne pour que quand nous allions avoir fini, la voiture soit prête à nous accueillir. Nous nous sommes donc amusés avec les chevaux de la montagne. Finalement, nous avons fait l’ascension de la montagne. Nous nous sommes rendus à environ 2800m d’altitude à notre plus haut point. Il faisait très chaud et la montée était difficile, mais nous y sommes arrivés.

Durant l’heure du diner, nous avons pris le temps de faire une petite saucette dans le lac glacial. Suite à cette petite pause, nous avons repris la route pour nous rendre au site où nous avions des tâches.

Nous avons descendu une partie de la montagne avant de commencer ces dernières. Nous avons donc observé si des oisillons se trouvaient dans les nids suspendus aux arbres. Puis, nous avons mesuré la croissance du tronc de certains arbres. Pendant ce temps, une partie de l’équipe enterrait les poches de thé et récupérait les anciennes. 

Pendant la descente, l’une des adolescentes qui nous accompagnaient a trébuché. Il s’agissait de Emily. La blessure à son genou n’était pas majeure, mais elle a dû prendre son temps pour la suite. Avec l’aide de notre facilitateur, elle a pu descendre la montagne.

La descente fut rude pour les pieds et les jambes de tous. Celle-ci était très longue sur un sentier rocailleux. Du plus haut point de la montagne, nous avons fait une descente verticale de plus de 1,3 kilomètre.

Morales:

-Marilou devrait commencer à apprendre comment utiliser la crème solaire puisque son nez ressemble présentement à un morceau de bacon brulé.

-Une alarme c’est bien, mais deux c’est mieux.

-Ne jamais sous-estimer l’appétit des chevaux.

Jour 5

Jour 5

Aujourd’hui, c’était la journée de récupération et de repos. Nous nous sommes levés plus tard, c’est-à-dire à 8h30 au lieu de 6h30. Nous avons déjeuné et nous sommes partis de l’hôtel vers 9h45 pour aller au musée.

Le premier musée était la visite d’une ancienne forge. Au départ, on y présentait une petite vidéo qui expliquait comment les forgerons procédaient dans le passé. Ensuite, une courte démonstration de cette technique ancienne était aussi réalisée.

Le deuxième musée était la visite d’une ancienne maison typique d’Andorre. Elle comportait 4 étages et plusieurs pièces. Elle était énorme !

Durant l’heure du diner, nous sommes retournés à l’hôtel pour manger. Nous avons eu la chance de manger une paella, un mets typique espagnol. Nous devions repartir pour la ville à 16h, donc en attendant, nous avons joué à des jeux de société.

Quand nous sommes arrivés en ville, nous avons eu le choix de visiter ce qu’on voulait. Donc, Emily et nous avons fait quelques boutiques pour trouver des souvenirs avant de nous promener dans les rues de la ville. Il faisait très chaud (environ 30 degrés Celsius). Nous avons finalement visité l’ancienne partie de la ville et nous avons pris plusieurs jolies photos.

En fin de journée, nous sommes retournés à l’hôtel et nous avons soupé tous ensemble. Nous pouvons affirmer que bien que le premier souper ait été gênant, aujourd’hui on réussit à rire à en perdre le souffle.

Jour 4

Jour 4

La journée a commencé en beauté, car nous avons appris qu’il faisait un peu plus frais et que le temps s’annonçait pluvieux. Cela signifie que nous n’allions pas souffrir de chaleur intense contrairement aux deux premiers jours. Après le déjeuner, comme tous les autres matins, nous sommes descendus au laboratoire pour récupérer le matériel nécessaire pour l’expédition.

Ensuite, nous nous sommes rendus pour la dernière séance d’échantillonnage des petits mammifères et des oiseaux en haute altitude. Marilou et Emmanuelle ont trouvé un rat musqué dans l’une des trappes des petits mammifères. David, de son côté, capturait des oiseaux. L’équipe a réussi à en attraper 11 au total aujourd’hui. 

Par la suite, nous avons ramassé les trappes de mammifères et les filets à oiseaux pour les descendre en plus basse altitude en fin de journée. 

Quand nous avons eu terminé tout ça, nous avons descendu une partie de la montagne et Marilou et Emmanuelle ont vérifié les cabanes d’oiseaux, ont fait de la dendométrie et ont enterré de nouvelles poches de thés pendant que David était en train de changer les batteries et les cartes mémoires de caméras un peu plus haut dans la montagne. David a eu la chance de voir deux araignées d’une couleur verte frappante. Nous avons fini toutes nos tâches juste après le diner et nous avons pu aller installer les nouvelles trappes à petits mammifères sur le nouveau site.

Finalement, puisqu’on annonçait de gros orages électriques (qui n’ont pas eu lieu) et que nous avions fini tout notre travail, nous sommes retournés à l’hôtel. Nous avons joué à des jeux jusqu’à 19h, l’heure de la rencontre au laboratoire.

Durant cette dernière, nous avons regardé les images captées par les caméras qui étaient stockées dans les cartes mémoires que nous avions changées. La journée était plutôt calme pour Marilou et Emmanuelle, tandis que David, a pour sa part plus escaladé puisqu’il y avait des caméras situées en altitude sur le site où nous effectuions nos tâches.

Morales du jour :

-Il ne faut pas rester debout sur un nid de fourmis rouges.

-Les cerfs sont très photogéniques dans les Pyrénées.

-Marilou ne doit jamais déjeuner le matin (pas de déjeuner = pas de vomi).

Jour 3

Jour 3

Nous commençons tout juste à nous habituer à notre routine. Au début de la journée, nous avons séparé le groupe en trois. Une partie était avec Jana pour capturer des oiseaux, une autre était avec Guilem pour vérifier s’il y avait des mammifères dans les cages installées dans la montagne et le dernier groupe était avec Bernat pour faire voler le drone. Malheureusement, à cause d’une défaillance dans ce dernier, il s’est écrasé sur une montagne. Cet incident a provoqué un changement de plan pour toute la journée. Jana, Bernat (en béquille), Christian et l’un de nos amis ont dû monter jusqu’en haut de la montagne pour ramasser le drone en miettes. Pendant ce temps, le reste de l’équipe attendait au pied de la montagne en s’amusant avec des chevaux. 

Par la suite, nous sommes allés dans une des pentes de ski de la montagne pour effectuer quelques tâches. D’abord, nous avons échangé les vieilles poches de thés cachées dans la terre pour de nouvelles. Celles-ci absorbent le dioxyde de carbone et permettent aux chercheurs de comparer le taux de ce gaz présent dans la montagne.

Ensuite, nous avons pris une pause diner sur la montagne et nous en avons même profité pour faire une petite sieste au soleil. 

Après celle-ci, Marilou et Emmanuelle ont pris des échantillons d’insectes pour identifier avec quels insectes les oiseaux se nourrissent. Pour ce faire, l’une d’entre elles devait secouer une branche d’arbre pendant une minute et au même moment, l’autre tenait une toile en dessous. De cette façon, les insectes tombaient dans la toile et nous pouvions les attraper en les aspirant avec un tube qui les capturait avec un filtre. 

Pendant ce temps, David cherchait les cabanes à oiseaux pour vérifier si la reproduction chez certains oiseaux était bonne. 

Lorsque nous avons fini nos tâches, nous avons aidé Jana à prendre toutes les mesures de l’oiseau. Puis, lorsque nous avons terminé avec ce dernier, nous avons démonté le filet qui servait « d’attrape oiseau » tous ensemble.

Finalement, nous avons rassemblé nos affaires et nous sommes retournés à l’hôtel pour faire une petite séance d’apprentissage avec Bernat. Une journée bien remplie !